Édition 2020 

La remise du prix de l’édition 2020 s’est tenue le lundi 3 mai 2021 par visioconférence.

Lauréats du prix : 

24 propositions ont été admises à concourir. Le jury a décerné le palmarès suivant :

1er prix (2 000€) attribué à Lola CHUPIN pour « Un printemps libanais »
(cliquez sur le titre pour visionner le reportage) 

Le court métrage Un printemps libanais réalisé par Lola Chupin remporte le 1er prix de cette première édition et reçoit 2 000 €. Dans cette réalisation co-produite avec Jérémy Baron, Lola Chupin, étudiante en master Environmental Policy à l’École des affaires internationales (PSIA) expose la révolte qui a éclaté au Liban en octobre 2019. Une révolte qu’elle a vécue : le peuple libanais, toutes communautés confondues, se soulève pour réclamer la chute du régime. Revenant sur l’évolution d’un mouvement pacifiste à de violents affrontements avec les forces de l’ordre, Lola Chupin a voulu documenter le destin de ce peuple uni par une même volonté : la chute d’un régime d’oligarques.

2e prix (1 000€) attribué à Juliette GEAY pour « Niñas sin miedo » 

Le deuxième prix (doté de 1 000 €) va à Juliette Geay, étudiante à l’École de journalisme, pour Niñas sin miedo, dont les protagonistes vivent à Soacha, une banlieue pauvre de Bogota où des jeunes filles, dont certaines se retrouvent enceintes, sont violées ou abusées sexuellement avant leurs 16 ans. Pourtant un groupe de femmes, la fondation Niñas sin miedo, enseignent à des jeunes filles à jouer au football, à faire du vélo et à connaître leur corps et leurs droits. L’objectif : les informer et les rendre fortes et autonomes, pour prévenir les violences physiques et sexuelles et les discriminations qui rythment leur quotidien, à l’école ou à la maison. “Niñas sin miedo, pour que les jeunes filles n’aient plus peur”.


 

Mentions spéciales du jury décernées à : 

Julian BLUM pour « Une université pour l’Europe centrale » 

Ce film de Julian Blum, étudiant en master d’histoire contemporaine à l’École de la recherche, cherche à comprendre comment l’Université d’Europe Centrale est devenue le symbole de ce qui divise cette région et la marque d’un nouvel engagement pour des milliers de jeunes hongrois après que le gouvernement de Viktor Orban se soit attaqué à elle en 2017. 

 

Laurine DESMARE « Esther Senot » 

Esther Senot, de Laurine Desmare, étudiante en bachelor au Collège universitaire, rend hommage à cette survivante de la Shoah, à son engagement pour la tolérance, en retraçant les étapes de la relation qu’elles ont nouée depuis leur rencontre en 2016.

Presse :

https://www.toulouse.fr/web/la-mairie/-/zoom-sur-les-deux-laureats-du-prix-dominique-baudis-2020

https://www.toulouseblog.fr/remise-du-premier-prix-dominique-baudis-ce-lundi/